Assainissement d’une installation de chauffage : efficience améliorée

Dans le domaine des installations de chauffage, l’importance de la composition de l’eau, de son traitement et de sa préparation augmente sans cesse. Il devient aussi de plus en plus important de tenir compte de grande diversité d’installations et de matériel disponible actuellement.

Utilisée dans une installation de chauffage, une eau non traitée entraîne la formation d’une fine couche de calcaire susceptible de réduire la transmission de chaleur, de sur-solliciter les matériaux, et même de causer des fissures de tension. Le respect des valeurs-cibles recommandées pour l’eau de remplissage, d’appoint et de circulation garantissent une meilleure qualité d’eau et, partant, moins de dégâts dans les installations de chauffage.

Qualité d’eau pour le chauffage

En remplissant une installation de chauffage avec de l’eau non traitée, on court le risque qu’une fine couche de calcaire se forme à l’intérieur des conduites, entravant la transmission de la chaleur, causant la sur-sollicitation des matériaux et même parfois des fissures de tension. Pour éviter cela, les installations de chauffage doivent toujours être remplies d’eau entièrement déminéralisée. Le problème est qu’aucun fournisseur d’eau en Suisse n’est en mesure de livrer de l’eau conforme à l’utilisation en installations de chauffage. C’est pourquoi il est nécessaire de traiter au préalable l’eau de remplissage. Plusieurs procédés sont disponibles à cet effet, comme par exemple l’échange d’ions, l’osmose et la distillation. La technique qui s’est imposée est celle de l’échange d’ions au moyen de cartouches à usage unique et d’appareils de remplissage.

Les valeurs-cibles sont définies clairement dans la directive SICC BT 102-1 entrée en vigueur le 1er avril 2012, dont le but est de fournir des recommandations pour éviter la formation de dépôts de calcaire et de boues, les problèmes d’ordre hygiénique, et, enfin, les dégâts de corrosion causés par l’eau. Des valeurs-cibles sont fixées pour l’eau de remplissage et d’appoint ainsi que pour l’eau de circulation. Les responsabilités respectives sont également définies. La qualité de l’eau de remplissage doit être vérifiée par analyse et documentée avant la mise en service de l’installation. Cette opération est du ressort de l’installateur, resp. de la personne qui effectue le remplissage. Dès la remise de l’installation au propriétaire, la responsabilité de la qualité d’eau est transmise à celui-ci. L’installateur remet au propriétaire de l’installation un document où figurent les résultats de l’analyse de l’eau.

Pour les installations de chauffage faisant l’objet d’un entretien professionnel, un contrôle annuel de l’eau de circulation est recommandé. Cela ne constitue toutefois pas une obligation légale. Cependant, si ces contrôles ne sont pas effectués et s’il s’avère que les valeurs-cibles ne sont pas respectées, les conditions de garantie des fabricants des composants ne sont pas réunies. Dans ce cas, on ne pourra donc pas prétendre à des prestations de garantie.

Valeurs selon directive SICC BT 102-01

Eau de circulation

Caractéristique Unité Requis
Dureté totale Mmol/l < 0.5 (= 5°f)
Conductivité uS/cm < 200
pH - 8.2 – 10.0
Chlorure Cl mg/l < 30
Sulfate mg/l < 50
Oxygène mg/l < 0.1
Fer dissous mg/l < 0.5
TOC (carbone organique total) mg/l < 30

Eau de remplissage

Caractéristique Unité Requis
Dureté totale Mmol/l < 0.1 (= 1°f)
Conductivité uS/cm < 100
pH - 6.0 – 8.5

Pour des informations détaillées et le conseil sur les produits de l’assortiment Debrunner Acifer Chauffage, n’hésitez pas à contacter notre équipe de vente.

Auteur: John Pfändler Debrunner Koenig Management AG

Source: directive SICC BT 102-01