Poutrelles en acier, tubes en acier, armatures

Acier métaux barres d’armature Seckbrücke
Les apprentis ancrent dans le roc les barres d’armature des culées de la passerelle.

Des apprentis construisent une passerelle avec de l'acier Debrunner Acifer

Avec le soutien de Debrunner Acifer - qui a fourni les matériaux à des conditions préférentielles, 15 apprentis constructeurs métalliques du Centre de formation professionnel de Buchs (bzb) ont construit une passerelle en acier dans le district de Schwende (AI). D'une pierre deux coups: de jeunes constructeurs métalliques ont acquis une précieuse expérience et une vieille passerelle a été remplacé par un ouvrage en acier, flambant neuf et durable.

Le district appenzellois de Schwende (AI) arbore un nouveau joyau. En acier, long de plus de 11 mètres, il affiche, avec ses 2 tonnes, un poids supérieur à celui d'une voiture de classe moyenne. Il s'agit d'une nouvelle passerelle, la "Seckbrücke", comme on l'appelle familièrement dans le district de Schwende (AI), au cœur de la région du Potersalp.

Acier métaux poutrelles en acier Seckbrücke
La structure en acier est acheminée par hélicoptère.

Sur mandat du district de Schwende, Peter Breu, formateur en construction métallique au bzb de Buchs, ainsi que 15 de ses apprentis, ont procédé à la démolition d'un vieil ouvrage en bois et à son remplacement par une magnifique construction en acier. «Ce fut une belle occasion de mettre pratique ce qui a été appris durant les cours et d'acquérir une précieuse expérience pratique», confie M. Breu.

Structure porteuse en poutrelles d'acier

Pour les matériaux de la nouvelle passerelle, ainsi qu'il l'avait déjà fait dans le cadre d'autres projets similaires par le passé, Peter Breu a opté pour les matériaux de qualité de l'assortiment de Debrunner Acifer Saint-Gall. La structure porteuse de base est constituée de deux poutrelles en acier IPE-240 longitudinales, raccordées entre elles par des traverses entrecroisées, ainsi que d'une travée en cornières et en poutrelles d'acier UPE 140.

Acier métaux acier étiré Seckbrücke
Après avoir fixé la structure de la passerelle, les apprentis procèdent à la pose des caillebotis et des garde-corps.

Les extrémités de la passerelle reposent sur des culées en acier d'armature ancrées dans le rocher. Un tablier en caillebotis d'acier ainsi qu'un garde-corps en tubes d'acier 5/4" et en grillage simple torsion sont vissés sur la structure porteuse.

Les mesures sur le terrain et le dessin de la construction avaient été exécutés par M. Breu au mois de mai. Puis, après avoir étudié les plans de manière autonome, les apprentis se sont répartis en plusieurs groupes de travail et ont défini les interfaces entre ceux-ci. De cette manière, ils ont pu établir l'agenda de la construction et élaborer la liste des éléments nécessaires. Selon M. Breu, "la coordination fut une tâche herculéenne".

Transport en tracteur et en hélicoptère

A la fin de l'été, les apprentis étaient prêts pour l'étape de coupe, soudage et boulonnage des différents éléments de la passerelle, opération à exécuter dans leurs entreprises formatrices respectives, le plus souvent pendant leur temps libre, ce qui démontre leur niveau de motivation.

Acier métaux Seckbrücke
Deux journées de travail intenses ont été nécessaires aux apprentis constructeurs métalliques pour installer la nouvelle passerelle.

Finalement, un vendredi soir de septembre, les constructeurs métalliques se sont retrouvés dans un atelier pour l'assemblage final de la passerelle. "Nous étions très nerveux, et curieux de voir si chacun avait travaillé avec la précision requise. Au final, tout s'est assemblé au millimètre près", relate M. Breu. Fin octobre, tout était fin prêt. Tôt le matin, les 15 apprentis constructeurs métalliques se mirent en route pour acheminer les différents éléments de la passerelle jusqu'au point le plus proche de l’emplacement définitif, dans la région du Potersalp. C'est un hélicoptère de Heli Linth AG qui se chargea d'effectuer la dernière étape jusqu'au bord de la rivière. En raison de la configuration du terrain, c'était en effet le seul moyen de transporter les éléments de construction et le matériel jusqu'au lieu de montage.

En octobre, dans la phase finale du projet, les apprentis ont, pendant 2 jours, ancré les tiges d'acier d'armature dans le roc, boulonné les éléments en acier, coulé le béton et, finalement, garni les accès du pont avec du gravier. Le résultat est magnifique. "Ce projet a demandé un grand investissement en heures de travail, mais je suis très satisfait du résultat", confie Peter Breu. "Ce type de projet pratique permet aux apprentis de découvrir en prise directe ce qui peut être réalisé grâce à leur travail."

Acier métaux Seckbrücke Peter Breu

Interview de Peter Breu, maître d'apprentissage constructeur métallique au Centre de formation professionnelle de Buchs (bzb)

1. D'où est venue l'impulsion initiale de ce projet?

Je recherche constamment des projets pouvant donner lieu à des réalisations concrètes. Avec les volées précédentes, nous avons, par exemple, construit un mur en pierres sèches au refuge SAC Carschina de Prättigau, ou encore démonté, décapé et réassemblé un châssis de wagon du train à vapeur de la Furka. En avril dernier, le cantonnier Patric Hautle m'a appris qu'un projet de remplacement de la passerelle "Seckbrücke" était dans l'air. Il m'a ensuite invité à une séance de présentation du projet. Enthousiasmés, nous avons rapidement accepté d'y participer.

2. Quelle est l'utilité d'un projet pratique comme celui-là pour vous et vos apprentis?

Les apprentis peuvent voir en direct le résultat de leur travail. C'est aussi l'occasion pour eux d'approfondir différents aspects de leur activité professionnelle. C’est très important du fait de la grande diversité d'activités que présente le métier de constructeur métallique. L'expérience accumulée dans ce genre de projet est précieuse, et pas seulement pour le travail quotidien. D'autre part, avec cette passerelle, les apprentis ont participé à une amélioration qui profite à tout le monde. Cependant, je m'abstiens de proposer des projets pratiques de ce genre à des classes à l'ambiance trop tendue. Chacun doit tirer à la même corde, sinon cela ne fonctionne pas. Dans le cas de la passerelle, les apprentis se sont montrés très motivés dès le début.

3. Quel est votre bilan du projet?

Je suis content que tout se soit déroulé sans problème, et surtout sans accident. Ce fut un projet très exigeant, mais nous avons eu beaucoup de plaisir à le réaliser, et la dynamique du groupe était très positive. Je remercie la direction du centre de formation, qui a soutenu le projet à 100 %, ainsi que les entreprises formatrices qui nous ont autorisés à effectuer le montage des éléments de la passerelle dans leurs ateliers. Sans leur aide, il n'aurait pas été possible de mener ce projet à bien. Un grand merci également à Debrunner Acifer, qui nous a livré le matériel à des conditions avantageuses, et qui a contribué à ce que des apprentis puissent étoffer leur expérience grâce à un tel projet. Dans quelques années, s'il leur arrive d'emprunter la passerelle avec leurs enfants ou petits-enfants, ils leur raconteront sans doute comment ils ont contribué à sa construction.